FONDEMENTS DU CONCEPT SOHIER, PAR Raymond SOHIER.


Le Concept SOHIER fonde la Kinésithérapie Analytique. Il affirme une notion non classique: pour soigner les affections mécanogènes des articulations et du rachis, il faut agir au niveau des évènements cellulaires des cellules du tissu conjonctif par les facteurs qui gèrent la biologie mécanogène de ce type de tissu. Ce sont les stimulations physiques engendrées par les fonctions motrices et porteuses qui produisent l'énergie inductrice du besogneux cellulaire de l'ostéo-articulaire. Il s'agit des forces qui transitent par ces structures au cours de ces fonctions. Elles apportent à chaque cellule le picotin d'énergie nécessaire à leur activité biologique. Il s'agit d'un renouvellement continu des cellules par dégradation et reconstruction d'égale valeur. Les molécules du noyau et de la matrice extra-cellulaire jugent la valeur biologique du signal physique qu'elles réceptionnent. Adéquat, il est transducté en activité biochimique pour une parfaite recopie des cellules. Ainsi s' assure la stabilité structurale de nos articulations. Le programme biochimique est inscrit en langage chimique dans nos chromosomes. Il faut pour cela que la stimulation physique soit celle inscrite au génétique, qu'elle soit biomécanique et non pathomécanique. Tout est là. Une stimulation inadéquate engendre des remaniements structuraux qui calquent de façon spécifique les composantes des stimuli aberrants. Pour appliquer le Concept Sohier et agir au niveau du cellulaire, il faut donc définir les facteurs perturbateurs de la stimulation physique et découvrir le code de la stimulation inscrite au génétique pour les cellules du tissu conjonctif. Les forces qui apportent l'énergie au cellulaire sont celles qui transitent par le cytosquelette.
Elles ne sont pas celles qui engendrent nos mouvements. Ceci justifie qu'un mouvement puisse être de grand rendement fonctionnel sans engendrer pour autant une stimulation biologique adéquate. C'est donc en recherchant les composantes du stimulus adéquat, en découvrant les facteurs qui le perturbent, en corrigeant ceux-ci que la Kinésithérapie Analytique influence la qualité biologique des forces. Les techniques analytiques de réharmonisation biomécanique et l'automatisation chez le patient de gestes qui respectent les composantes biomécaniques des chaînes articulaires et musculaires constituent donc l'essentiel des soins. Les douze livres que nous avons commis décrivent les traitements en Kinésithérapie Analytique.
L'efficacité thérapeutique de ces soins est "miraculo" disent les patients Italiens. Bibliographie.

Pour le chercheur, il restait à définir le Code des forces inscrit pour une stimulation biologique mécanogène physiologique.

Il sous-entend qu’une stimulation, commune à l'infinité des gestes qui se réalisent, existe.
Pour la découvrir, nous sommes repartis d'une notion de biomécanique trop souvent négligée: chaque articulation et chaque chaîne articulaire et musculaire fonctionne à partir d'une phase rigidifiante et d'une phase dérigidifiante inscrites à la cybernétique du neuro-moteur.
Nous avons, dans notre livre consacré à "la Dynamique du Vivant", décrit ce rythme binaire présent au niveau de chaque articulation et de chaque chaîne articulaire et musculaire pour chaque articulation et pour chaque chaîne articulaire et musculaire.

Si on se rapporte à la loi qui gère la distribution des forces dans les structures solides - voire fluides - on constate que la stimulation physique comporte des forces de sens convergent au proximal de la stimulation et des forces de sens divergent de l'autre côté de l'interface. Si la stimulation initiale reste sous ces conditions constantes, une sommation de forces de signe plus et une sommation de forces de signe moins sollicitent les cellules. C'est là une constance de stimulation qui perturbe le métabolisme cellulaire et, par ailleurs, détermine les remaniements structuraux spécifiques que l'on observe en l'occurrence au niveau des articulations. Le génie de la sélection naturelle, à la recherche d'une stimulation biologique adéquate, a donc, par le rythme binaire rigidifiant-dérigidifiant, par le renversement des antagonistes, par l'innervation inverse et réciproque de Sherrington éliminé le phénomène de sommation.
Le sens des forces s'inverse en effet, de chaque côté de l'interface, à chaque changement de phase. La stimulation de signe plus est remplacée par une stimulation de signe moins.
La stimulation de signe moins est remplacée par une stimulation de signe plus.
Le code de la stimulation physique adéquate réside donc dans le fait que la stimulation tend vers un niveau zéro de chaque côté de l'interface. Là réside l'équilibre biologique moléculaire mécanogène des cellules du tissu conjonctif. Pour soigner, dit le Concept Sohier, il faut agir au niveau du cellulaire en restituant aux articulations leur comportement neuro-moteur biomécanogène.
La finalité thérapeutique correspond donc à restituer aux articulations leur rythme binaire séquentiel cyclique rigidifiant - dérigidifiant. Il inverse les forces de sens opposé que la loi physique programme pour la distribution de celles-ci dans les structures solides, voire fluides.
Analyser les rapports entre la loi physique et l'adaptation du neuro-moteur à celle-ci conduit à découvrir le Code Génétique biomécanique de la stimulation biologique des cellules du tissu conjonctif: une séquence binaire cyclique qui inverse le sens des courants piézo-électriques à chaque changement de phase.
Le génie de la sélection naturelle est donc d'assurer une phase de repos qui comporte un volume zéro de stimulation des cellules de chaque côté de l'interface.

En résumé, la Kinésithérapie Classique se donne comme finalité de restituer aux articulations leur rendement fonctionnel perturbé par une pathologie cellulaire - arthrose primitive - , elle est orientée vers le traitement des conséquences.
La Kinésithérapie Analytique a au contraire pour finalité d'agir au niveau des causes, les facteurs qui déterminent les détériorations structurales mécanogènes.
Là réside son étonnante efficacité par le biais de la normalisation des évènements cellulaires.
Toute thérapie de prévention part de ces choix thérapeutiques.